les randonnées et les contes énumératifs

Généralement réservés aux petits (contés par les nourrices ou les grands-mères notamment), les contes de randonnées étaient l’occasion d’une première prise de parole par les adolescents lors des veillées.

Ce sont des contes à structures répétitives, présentant une chaîne de personnages, d’éléments ou d’événements qui se répètent jusqu’au dénouement final.

D’un point de vue pédagogique, ils permettent un travail de mémorisation (structure, chaîne, phrases répétitives) ; souvent rythmés, ils sont propices à un travail sur l’élocution et la maîtrise du rythme ; enfin, ils permettent de communiquer avec le public qui est invité à intervenir dans la répétition de la chaîne de personnages.

Les randonnées présentent une série d’actions qui s’enchaînent dans un ordre immuable. (« le petit cochon têtu »)

Ce sont des contes dont une action en entraîne une autre, qui en entraîne une troisième etc..

La situation initiale est bloquée et on va chercher de l’aide pour la débloquer. Cette aide ne sera accordée que sous certaines conditions. Donc, on repart chercher de l’aide pour éliminer ce second blocage. Et ainsi de suite jusqu’à ce que le dernier recours débloque la situation ou qu’il accepte d’aider, ce qui entraînera l’aide de l’avant-dernier recours, puis du précédent jusqu’à ce que le premier qui a refusé cède enfin.

Il existe différents enchaînements:

Des randonnées ou des contes énumératifs par énumération ( type le plus simple) (A puis B puis C…)

Promenons-nous dans les bois

– Des randonnées ou des contes énumératifs par accumulation (les personnages ou les éléments s’accumulent) :

Le bonhomme de pain d’épice (différentes éditions)

Le bonnet rouge, B. Weniger, Nord sud

– Des randonnées ou des contes énumératifs par remplacement (A qui laisse sa place à B qui laisse sa place à C…)

A qui la faute ?, C. Carrrer, Circonflexe

Quel radis dis donc !, P. Gay-Gara, Didier

Des randonnées ou des contes énumératifs par emboîtement

C’est le système des poupées russes. Chaque élément du conte en contient un autre.

Une histoire sombre, très sombre, Ruth Brown Gallimard Jeunesse

Dans Paris, il y a, Paul Eluard, Petits géants

Randonnées en chansons ou comptines

 

Chanson: Ah ! tu sortiras, biquette, biquette !

Ah ! Tu sortiras, Biquette, Biquette,
Ah ! Tu sortiras de ce chou-là
Ah ! Tu sortiras, Biquette, Biquette,
Ah ! Tu sortiras de ce chou-là

On envoie chercher le chien, (bis)
Afin de mordre Biquette. (bis)
Le chien ne veut pas mordre Biquette.
Biquette ne veut pas sortir du chou.

Ah ! Tu sortiras, Biquette, Biquette,
Ah ! Tu sortiras de ce chou-là
Ah ! Tu sortiras, Biquette, Biquette,
Ah ! Tu sortiras de ce chou-là

Et on enchaîne avec le le loup pour manger le chien, le bâton pour frapper le loup, le feu pour brûler le bâton, l’eau pour éteindre le feu, le veau pour boire toute l’eau, le boucher pour tuer le veau et enfin le diable pour emporter le boucher. le diable veut bien, lui. Alors, tous les autres à tour de rôle changent d’avis:

Le diable veut bien emporter l’boucher.
Le boucher veut bien tuer le veau.
Le veau veut bien boir’ toute  l’eau.
L’eau veut bien éteindre le feu.
Le feu veut bien brûler le bâton.
Le bâton veut bien frapper le loup.
Le loup veut bien manger le chien.
Le chien veut bien mordre Biquette.
Et…. Biquette veut bien sortir du chou !

Comptine: les fourmis

Les fourmis marchent une par une
En transportant des petites prunes.
Les fourmis marchent deux par deux
En transportant des raisins bleus.
Les fourmis marchent trois par trois
En transportant des petits pois.
Les fourmis marchent quatre par quatre
En transportant de grosses tomates.
Les fourmis marchent cinq par cinq
En transportant des miettes de pain.
Les fourmis marchent six par six
En transportant des petites saucisses.
Les fourmis marchent sept par sept
En transportant des tartelettes.
Les fourmis marchent huit par huit